MANOLIS GLEZOS, le premier résistant d'Europe, meurt à 98 ans

Publié le par Solidarité Grèce 67

Manolis GLEZOS
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


30 mars 2020   

Ancien politicien de gauche, symbole de la résistance en Grèce et à l'étranger, Manolis Glezos est mort à 98 ans. Il avait été admis à l'hôpital le 18 mars 2020. Selon les médias, il est mort d'une insuffisance cardiaque. C'était la deuxième fois qu'il était hospitalisé depuis novembre dernier.

L'héritage qu'il laisse derrière lui mérite respect et admiration.


Manolis Glezos a écrit l'histoire lorsqu'il a fait tomber le drapeau nazi de l'Acropole le 31 Mai 1941 avec Lakis Santas

Cette action incroyablement courageuse s'est révélée par la suite n'être que le début de la grande résistance grecque à la terreur nazie.

C'était un acte de bravoure, un acte de défi, qui a finalement remonté le moral de tout le peuple grec et lui a fait comprendre qu'il pouvait effectivement résister aux nazis malgré leur puissance militaire.

Le régime nazi a réagi en condamnant les coupables à mort par contumace, mais ils n'ont appris leur identité que bien plus tard. Manolis Glezos a été arrêté par les forces d'occupation allemandes le 24 mars 1942 et a été emprisonné et torturé. À la suite de son incarcération, il a contracté la tuberculose.

Manolis Glezos est né le 9/91922 dans le village d'Apiranthos, sur l'île de Naxos, il a suivi sa famille à Athènes en 1935.

Sa carrière politique a commencé très jeune et a duré toute sa vie.

Pendant ses années de lycée à Athènes, il a également travaillé comme employé de pharmacie. Il a été admis à l'École supérieure d'études économiques et commerciales (connue aujourd'hui sous le nom d'Université d'économie et de commerce d'Athènes) en 1940. En 1939, toujours lycéen, Manolis  Glezos participe à la création d'un groupe de jeunes antifascistes contre l'occupation italienne du Dodécanèse et la dictature de Ioannis Metaxas.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il demande à rejoindre l'armée grecque sur le front albanais contre l'Italie, mais sa demande est rejetée parce qu'il est mineur. Il a alors travaillé comme volontaire pour le ministère grec de l'économie.

Pendant l'occupation de la Grèce par l'Axe, il a travaillé pour la Croix-Rouge hellénique et la municipalité d'Athènes, tout en participant activement à la résistance contre les nazis.

C'est Charles de Gaulle qui l'a qualifié de "Premier Résistant d'Europe".

Le 3 mars 1948, en pleine guerre civile grecque, il fut jugé pour ses convictions politiques et condamné à mort par contumace, à plusieurs reprises, par le gouvernement nationaliste. Sa peine de mort a été commutée en prison à perpétuité, en 1950.

En 1951, bien qu'il soit toujours emprisonné, Manolis Glezos est élu membre du Parlement hellénique, sous l'étiquette de la Gauche démocratique unie, également connue sous le nom d'AED. Lors de son élection, il a entamé une grève de la faim pour demander la libération de ses collègues députés de l'AED qui étaient emprisonnés ou exilés dans les îles grecques. Il a mis fin à sa grève de la faim après la libération de 7 députés de leur exil. Il a été libéré de prison le 16 juillet 1954.

Le 5 décembre 1958, il est à nouveau arrêté et condamné pour espionnage, qui était un prétexte courant pour la persécution des partisans de la gauche pendant la guerre froide.

L'Union soviétique a réagi en faisant circuler un timbre-poste avec  Manolis Glezos, tandis que le gouvernement grec a réagi en émettant un timbre-poste représentant Imre Nagy.

La libération de Manolis Glezos, le 15 décembre 1962, a été le résultat de la campagne de protestation publique en Grèce et à l'étranger, notamment parce qu'il lui avait été attribué le prix Lénine pour la paix.

Au cours de son deuxième emprisonnement politique d'après-guerre, Manolis Glezos est réélu député à l'AED en 1961.

Lors du coup d'État du 21 avril 1967, Manolis Glezos a été arrêté avec le reste des dirigeants politiques. Sous le régime des colonels, la dictature militaire dirigée par Giorgos Papadopoulos, il est emprisonné et exilé jusqu'à sa libération en 1971.

 

Les peines de Manolis Glezos, de la Seconde Guerre mondiale à la guerre civile grecque et au régime des colonels, s'élèvent au total à 11 ans et 4 mois d'emprisonnement et 4 ans et 6 mois d'exil.                            

  "On dit que pour survivre en prison, il faut s'aimer, manger et lire. Eh bien, je ne me suis jamais aimé, je ne me souciais pas de la nourriture - mais je lisais constamment", a-t-il déclaré au Financial Times en 2016.

----------------------------------------

Après le rétablissement de la démocratie en Grèce en 1974,  Manolis Glezos a participé à la relance de l'AED. Lors des élections d'octobre 1981 et de juin 1985, il est élu membre du Parlement grec, sous l'étiquette du Mouvement socialiste panhellénique (PASOK). En 1984, il est élu membre du Parlement européen, toujours sous l'étiquette du PASOK. Il a été président de l'AED de 1985 à 1989.

En 1986, il se retire du Parlement, afin de tenter de mettre en place une expérience de démocratie de  base.

Lors des élections législatives grecques de 2000, il est en tête de la liste du parti de la gauche radicale Synaspismos (en français Coalition). En 2002, il a formé le groupe politique Active Citizens.

Il a lutté contre l'injustice jusqu'à la fin et a mené une campagne énergique contre l'austérité imposée à la Grèce pendant la crise économique. "Je crains l'homme d'un seul livre", a déclaré Manolis Glezos en critiquant vivement le président du PE de l'époque, Martin Schulz, lors d'une session plénière en 2015 et en lui donnant une leçon sur le fonctionnement de la démocratie.

En mars 2010,  Manolis Glezos participait à une manifestation contre l'austérité à Athènes, lorsqu'il a été frappé au visage par une bombe lacrymogène de la police. Il a été emmené blessé.

En février 2012, Manolis Glezos a été arrêté par la police anti-émeute alors qu'il protestait à Athènes avec le compositeur Mikis Theodorakis. Les deux hommes âgés ont été aspergés de gaz lacrymogène par des officiers de police et soignés dans le bureau médical du Parlement.

En juin 2012, il a été élu membre du parlement grec pour le parti SYRIZA.

En mai 2014, il a obtenu un siège au Parlement européen avec plus de 430 000 voix. À 91 ans, il est la personne la plus âgée à avoir été élue au Parlement européen. Il a occupé ce siège pendant un an et a démissionné car il avait des difficultés à se rendre à Bruxelles en raison de ses problèmes cardiaques.

Un combattant jusqu'à la fin. Par un jour de pluie de novembre 2017, seul, avec le soutien  d'une canne,  le fragile Manolis Glezos,  âgé de 95 ans, a rendu hommage aux victimes du soulèvement de l'Université polytechnique d'Athènes.

"Pourquoi continuer ? Pourquoi je fais cela alors que j'ai 92 ans et deux mois ? Après tout, je pourrais être assis sur un canapé en pantoufles, les pieds en l'air. Alors pourquoi je fais cela ? Vous pensez que l'homme assis en face de vous est Manolis, mais vous avez tort. Je ne suis pas lui. Et je ne suis pas lui parce que je n'ai pas oublié que chaque fois que quelqu'un était sur le point d'être exécuté [pendant la Seconde Guerre mondiale], il disait : "Ne m'oubliez pas. Quand vous dites bonjour, pensez à moi. Quand vous levez votre verre, dites mon nom. Et c'est ce que je fais en vous parlant, ou en faisant tout cela. L'homme que vous voyez devant vous, c'est tous ces gens. Et tout cela pour ne pas les oublier."  Manolis Glezos, 2014

En janvier 2016, Glezos a présenté des excuses publiques pour avoir fait confiance au Premier ministre Alexis Tsipras après que le gouvernement a eu négocié un troisième sauvetage financier douloureux. Le vétéran politique a alors déclaré : "Je ne suis pas déçu, je suis furieux.

En savoir plus : https://www.keeptalkinggreece.com/2020/04/01/glezos-laid-to-rest-funeral/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article