Communiqué du Centre d'aide juridique de Lesbos  :  Situation horrible au centre de rétention de Moria

Publié le par Solidarité Grèce 67

Le 6 janvier, un Iranien de 31 ans a été retrouvé mort, pendu dans une cellule du "Centre de Détention Pré-Renvoi" (PRO.KE.K.A.), ou "Centre de Rétention", dans le camp de Moria, sur l'île de Lesbos. La police savait avant de l'arrêter qu'il avait de graves problèmes de santé mentale, selon les rapports de plusieurs personnes détenues avec lui. Malgré cela, pendant environ deux semaines avant sa mort, il a été maintenu en isolement.
 
Texte original en anglais [ici]


Dans ce Centre de rétention PRO.KE.K.A., les personnes détenues sont les "indésirables" de l'Union européenne et de l'État grec : la majorité d'entre elles en provenance de Turquie sont arrêtées à leur arrivée à Lesbos , et y sont emprisonnées uniquement sur la base de leur nationalité. D'autres sont considérées comme des "menaces pour la sécurité publique", sans avoir été jugées ni condamnées. D'autres ont vu leur demande d'asile rejetée, mais elles ont été jugées dans le cadre d'un système d'asile injuste, conçu pour exclure les migrants d'Europe et maintenir une population sans papiers et donc exploitable.


Cette politique de punition collective est couramment reproduite dans les tribunaux et les médias, qui criminalisent les migrants et les classent comme ayant un "profil bas de réfugié" avant même qu'on sache quoi que ce soit sur eux individuellement. Ce concept de "profil bas de réfugié" est mis en œuvre dans le cadre de PRO.KE.K.A. à Lesbos et Kos, par le biais d'un projet pilote. Ceux qui viennent de pays où, statistiquement, moins de 25% des personnes bénéficient d'une protection internationale, sont détenus à leur arrivée de Turquie. Il s'agit principalement de personnes provenant d'États africains. Les hommes de ces pays qui arrivent à Lesbos sans famille sont arrêtés à leur arrivée et détenus jusqu'à trois mois. La nouvelle loi sur l'asile permet d'augmenter la durée de détention jusqu'à 18 mois.

PRO.KE.K.A. fonctionne avec peu de surveillance ou de contrôle. Les personnes qui y sont détenues n'ont qu'un accès limité à un soutien juridique, médical ou psychologique. Les personnes sont détenues dans des cellules surpeuplées 22 heures par jour. Selon les détenus, les abus physiques et psychologiques sont fréquents. Les détenus ont signalé les abus suivants : Les gens sont réveillés à des heures aléatoires de la nuit par le bruit et la lumière. Ils sont obligés de passer deux heures par jour à l'extérieur, même en hiver. Récemment, il a été signalé qu'ils sont emmenés dans des endroits où il n'y a pas de caméras et qu'ils sont battus par la police, alors qu'ils sont menottés. Les gens n'ont accès à leur téléphone que le week-end, ce qui les coupe la majeure partie de la semaine de leur famille et de leurs réseaux de soutien, et rend la communication avec l'aide juridique presque impossible. Les visites des amis et de la famille sont parfois interdites. Pour ces raisons, il est pratiquement impossible pour les détenus de signaler les abus. De plus, nombre d'entre eux disent craindre des représailles de la part de la police et ne pas faire confiance au gouvernement ou aux organismes officiels, car ils voient les abus se poursuivre sans conséquences pour la police, même si les abus se produisent sous les yeux de tous.


Presque aucun besoin de base n'est satisfait. Pas de vêtements chauds adéquats, et une seule couverture, ce qui signifie qu'ils doivent geler pendant les mois d'hiver. Sans la présence d'interprètes, les détenus ont des moyens limités pour communiquer avec les agents de la prison, ce qui signifie que beaucoup ne savent pas pourquoi ils sont détenus ni pour combien de temps. La nourriture est insuffisante et malsaine, et beaucoup souffrent de la faim. Parfois, un seul repas par jour est servi, et aucune nourriture ne peut être apportée par des contacts extérieurs. Ils ne reçoivent aucun produit d'hygiène de base comme du savon ou du dentifrice, et des épidémies de gale se sont produites.

Les demandes d'asile des personnes détenues au PRO.KE.K.A. sont expédiées, et les personnes sont convoquées à des entretiens sur leur demande d'asile dans les jours qui suivent leur arrivée, et l'accès à l'aide juridique est très limité. L'aide juridique en appel est systématiquement refusée, bien que les personnes concernées aient droit à un avocat. Piégés en prison, les détenus rencontrent d'énormes difficultés pour soumettre des preuves au service d'asile afin  de soutenir leurs demandes.


La détention illégale de mineurs est courante car l'Agence européenne des frontières extérieures (FRONTEX) enregistre systématiquement les mineurs comme des adultes. Les survivants de la torture sont également couramment détenus malgré l'obligation faite à l'État d'examiner leur vulnérabilité. Les personnes souffrant de graves problèmes médicaux et psychologiques se voient régulièrement refuser l'accès aux soins de santé. Par exemple, les personnes ayant des médicaments sur ordonnance ne les reçoivent pas , même si elles les avaient sur elles au moment de leur arrestation. Lorsque les personnes demandent à voir un médecin ou un psychologue, la police et l'AEMY - une institution privée supervisée par le ministère grec de la santé - se renvoient la responsabilité et souvent les personnes ne sont jamais  traitées. L'automutilation est tragiquement courante au sein de PRO.KE.K.A.. Parfois, des personnes atteintes de maladies graves ont été détenues et expulsées par la police et FRONTEX vers la Turquie, en toute connaissance du HCR.


C'est ici, à PROK.E.K.A., que l'homme qui est mort s'est retrouvé en décembre 2019, lorsqu'il a été mis en détention. Selon d'autres personnes détenues à PRO.KE.K.A., il n'a passé qu'un court moment avec d'autres personnes, avant d'être placé en isolement pendant environ deux semaines. Pendant l'isolement, même pendant les heures où il  était emmené à l'extérieur, il était seul, car c'était à un autre moment que les autres personnes. Pendant plusieurs jours, il a été enfermé dans sa cellule sans être autorisé à sortir du tout, à la vue des autres détenus. Sa nourriture lui a été servie par la fenêtre de sa cellule pendant ces jours-là. Son état mental de détresse était évident pour toutes les autres personnes détenues avec lui et pour la police. Il a pleuré pendant la nuit et a frappé à sa porte. Il avait également menacé de se faire du mal auparavant. Les autres détenus avec lui n'ont jamais vu personne lui rendre visite, ne l'ont jamais vu sortir de sa cellule pour un soutien psychologique ou une évaluation psychiatrique.
 

Guernica en mer


Les soins de santé dans la prison sont gérés par AEMY et l'État grec est son seul actionnaire. Son équipe médicale est censée se composer d'un travailleur social et d'un psychologue. Cependant, l'assistant social a démissionné en avril 2019 et n'a jamais été remplacé. Le psychologue était en congé entre le 19 décembre et le 3 janvier. L'homme a été retrouvé mort le 6 janvier, ce qui signifie qu'il n'y a eu que deux jours au cours des trois dernières semaines de sa vie, pendant lesquels il aurait pu recevoir un soutien psychologique d'AEMY. Cela est dangereusement insuffisant dans une prison qui abrite actuellement une centaine de personnes. KEELPNO est la seule autre institution gouvernementale capable d'évaluer la santé mentale, mais elle a publiquement déclaré qu'elle n'interviendrait pas en l'absence de personnel d'AEMY, même en cas d'urgence, et qu'en tout état de cause elle ne réévaluerait pas la santé mentale de quelqu'un.

       Le camp de Moria, île grecque de Lesbos (Lesvos) apparaît flouté sur GoogleMaps. (En haut, à g.)


Si nous pensons que cet homme s'est suicidé pour échapper à l'abîme du PRO.KE.K.A., alors c'est le résultat des conditions de détention qui poussent les gens au désespoir, et le résultat de l'échec de multiples organismes gouvernementaux à lui fournir les soins de santé mentale qui s'imposent.

Un décès est de trop. Nous demandons qu'une enquête indépendante soit menée sur les circonstances de la mort du 6 janvier.


Traduit avec www.DeepL.com/Translator 
Texte original en anglais [ici]

NOUVEAU :

6 février 2020, Mytilène, Lesbos - le 29 janvier, une plainte pénale a été déposée devant le procureur du tribunal de première instance de Mytilène par cinq avocats d'ONG, offrant une aide juridique gratuite aux demandeurs d'asile de Lesbos, avec la demande d'enquêter sur les raisons et les conditions précises de la mort de l'homme iranien de 31 ans, qui, selon le rapport du journal en ligne "Sto nNsi", daté du 06/01/2020, a été retrouvé pendu dans le centre de rétention de Moria.

Source :  https://legalcentrelesvos.org/2020/02/07/press-release-a-criminal-complaint-filed-regarding-the-death-of-a-31-year-old-iranian-national-at-the-pre-removal-detention-centre-of-moria/

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Le "Centre juridique Lesbos" est à la recherche d'avocats, de professionnels ayant une formation juridique et diplômés en droit,  désireux d'aider son équipe juridique dans la défense des droits des demandeurs d'asile et des réfugiés à Lesbos.

Le poste bénévole est pour un minimum de 3 mois .

Lien :  https://legalcentrelesvos.org/volunteers/  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article