Une pétition pour soutenir le dispensaire (clinique) d'Helleniko

Publié le par ADAG

Les faits

La compagnie d'Etat ELLINIKO S.A. a publié la semaine dernière un ultimatum demandant à la clinique sociale d'Elliniko (MKIE) (=dispensaire solidaire) d'évacuer les locaux où elle exerce depuis sa création, dans l’enceinte de l'ancien aéroport public d'Elliniko ; cet ultimatum a pour objectif de faciliter la privatisation du site (exigée par les créanciers, prévue par le mémorandum signé par le gouvernement grec), malgré l’opposition de toutes celles / tous ceux qui y réclament la création d'un parc métropolitain, espace vert d’activités culturelles, sociales et sportives ouvertes à tou.te.s.

L’Etat demande ainsi à la clinique de vider les lieux d'ici le 30 juin 2018, sans proposer de solution alternative (installation dans un autre bâtiment public). Cette expulsion met donc en danger l’activité même de la clinique.

Pour signer, cliquer ici

-----------

HISTORIQUE et ACTION

La clinique sociale d’Elliniko a été fondée en décembre 2011 dans la lancée des vastes mobilisations de la place Syntagma.

Elle incarne depuis lors la réponse des citoyens socialement actifs et sensibles à la violence de la crise et à l’austérité imposée au plus grand nombre par un petit nombre de décideurs.

La clinique sociale d’Elliniko est une structure emblématique du mouvement des dispensaires sociaux autogérés grecs apparus pour résister aux conséquences sanitaires de l’austérité massive imposée au peuple grec avec les mémorandums par la troïka (banque centrale européenne, commission européenne, fond monétaire international) 

Son principal objectif est de fournir des services de santé et des médicaments gratuits à toute personne non assurée, sans emploi, sans ressources — aux premières victimes de la crise abandonnées par les services de santé publique. Le centre, depuis sa fondation, revendique dans le même temps des soins médicaux gratuits et universels.

En plaçant les êtres humains — et non la maladie — au centre de sa pratique de soins, son action défend et illustre une autre façon d’organiser et de penser la prestation de services de santé.

Fondé sur l'auto-organisation, l’autonomie, l’horizontalité, radicalement indépendant des pouvoirs politiques ou économiques, le MKIE inspire et rassemble des centaines de bénévoles. Tout au long de ces années, ces bénévoles ont reçu et accompagné près de 7.400 patients, à l’occasion de plus de 64.000 consultations. Ses besoins sont par ailleurs soutenus par des actions de solidarité développées, en Grèce et à l’étranger, par des milliers de personnes.

La clinique sociale d’Elliniko répond depuis ses débuts aux besoins de personnes habitant dans toute la région de l'Attique, et au-delà. Il a offert ses services aux camps de réfugiés, à des ONG et des hôpitaux publics. Le centre d’Elliniko veut continuer sans aucun obstacle ses activités ; le besoin en est toujours aussi pressant. Pour cette raison, son personnel est déterminé à lutter côte à côte avec ses patients et celles et ceux qui le soutiennent.

Nous, soussigné(e)s reconnaissons l'immense contribution sociale et humanitaire du MKIE. Nous voyons en outre en lui un exemple novateur de gestion communautaire des biens publics et de l’espace urbain, un incubateur d’approches novatrices en matière de pratiques de santé, un espace où de nouvelles relations sociales et de nouveaux savoirs sont produits.

Nous le soutenons sans réserve dans sa lutte, sur la voie de la solidarité, de la dignité, du respect et de l’humanisme et demandons aux autorités grecs de permettre le maintien des activités de la clinique sociale métropolitaine d’ Elliniko.

 

 

PREMIERS SIGNATAIRES 

Danielle MONTEL,  militante CGT, pharmacologue retraitée SANOFI

Jean VIGNES,   ancien secrétaire de la Fédération SUD santé-sociaux

Eric TOUSSAINT,  Porte parole du CADTM international et ex-coordinateur scientifique de la Commission pour la vérité sur la dette grecque instituée par la présidente du parlement hellénique en avril 2015
héléne DERRIEN, Présidente de la coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité

Caroline FIAT, Députée Insoumise, commission des affaires sociales de l’assemblée nationale

Patrick SAURIN, syndicaliste SUD-CADTM-membre de la commission pour la vérité sur la dette publique grecque

Roxanne MITRALIAS, militante écologiste

Alexis CUKIER, Philosophe, Université de Poitiers

Jaime PASTOR, professeur universitaire Madrid, éditeur revue Viento Sur

Vicky SKOUMBI, Rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια

Michel ANTONY, Ancien président de la Coordination Nationale de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité

Iñaki Moreno SUESKIN,  plate-forme Navarre de la santé, Pampelune

Pascal FRANCHET, Président du CADTM France, membre du Conseil Scientifique d’ATTAC

Hélène COLOMBANI, Présidente de la Fédération Nationale des Centres de Santé (FNCS)

Frédéric LORDON, économiste,  chercheur au Centre de Sociologie Européenne

Alexis KARACOSTAS, Médecin psychiatre Paris

Miguel URBAN CRESPO , député européen  Podemos

Publié dans Dispensaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article